Lampe à deux tiges

Bronze
Vietnam
Epoque Giao-Chi, IVe – Ve siècle
Longueur : 35 cm ou 13¾ in

Catégorie : Étiquette :

Description

Cette lampe à huile, exceptionnelle par la richesse du symbolisme qui a présidé à sa création, avait sans doute pour fonction première d’accompagner l’âme du défunt dans l’Au-delà. Les détails des figures apparaissant sur les deux tiges reliées à la coupe, à commencer par la présence d’un orant, le confirment clairement. Cet adorateur, agenouillé dans une attitude de prière, représente le lien logique du monde terrestre avec le ciel. Il est encadré de deux personnages simiesques, de forme humaine, mais dont les attitudes rappellent davantage le singe : ces créatures, mi-hommes, mi-singes, évoquent un étrange monde parallèle. Viennent ensuite des créatures du bestiaire mythologique chinois: un dragon, représentant la force et la domination (ce qui explique que nobles et dignitaires s’identifiaient à lui), tenant dans sa gueule béante le brûle-parfum boshanlu, illustrant les sept monts magiques taoïstes situés au seuil du monde céleste et de l’immortalité ; puis sur l’autre tige, plus courte, une tête de phénix, autre animal fantastique, oiseau immortel renaissant de ses cendres. L’empreinte de la Chine sur cet objet dôngsonien très original semble dominante, de la forme du tripode Han aux nombreux éléments mythologiques chinois. Cependant, les personnages assis tels des singes sur leurs branches, ainsi que les spirales utilisées en motifs décoratifs, rappellent encore l’univers de Dông Son ouvert sur la nature.

Provenance : Collection Lan Huong Pham, Suisse.

  • Monique Crick, Art ancien du Viêt Nam, Bronzes et céramiques, 5 Continents (Ed), Collections Baur, Musée des Arts d’Extrême-Orient, Genève, 2008.
  • Nancy Tingley, Arts of Ancient Vietnam, From River Plain to Open Sea, Asia Society, The Museum of Fine Arts, Houston.
  • Charles Higham, The Bronze Age of Southeast Asia, Cambridge University Press, 1996.