Stèle de Narasimha tuant Hiraṇyakaśipu

14 000,00

Grès
Inde centrale
Xe-XIe siècle
H. 45 cm

Vue à 360°

Loading...

Catégorie : Étiquette :

Description

Narasimha, un avatar fondamental dans la mythologie visnuite

Cette stèle de l’époque médiévale représente Narasimha, qui est un des dix avatars de Visnu. Mi-homme, mi-lion, il est largement représenté au sein des temples d’obédience visnuite. L’épisode mythologique qui lui est associé est lié à la défaite et à la mort du démon Hiranyakashipu. Ce dernier, ayant conquis le privilège auprès de Brahma de n’être tué ni par un homme, ni par un animal, ni le jour, ni la nuit ; sème ainsi le trouble sur la terre. Le fils du démon, un dévot de Visnu, s’attire ainsi les foudres de son père. Dans un élan moqueur, Hiranyakashipu défie Visnu et son don d’ubiquité au crépuscule. Ce dernier apparait alors dans une colonne sous sa forme mi-homme, mi-lion et éventre le démon Hiranyakashipu, rusant ainsi de son pouvoir puisqu’il est une créature hybride qui l’attaque à un moment de vulnérabilité. La scène ici représentée est cruciale dans la mythologie visnuite, prouvant ainsi la toute-puissance du dieu à ses dévots ; mais également son emprise sur l’ordre cosmique.

 

Un épisode dramatique brillamment illustré

Narasimha est ici représenté en train de démembrer le démon, c’est-à-dire au moment clé de l’épisode, au cœur de la tension dramatique. Narasimha brandit la massue avec vigueur de sa main supérieure droite, tandis que sa main supérieure gauche tient la roue. Il éventre le démon qu’il tient sur ses cuisses, pendant qu’il lui assène les coups mortels de ses griffes. La jambe droite du dieu est pliée et s’appuie sur des petits personnages. La scène prend place sur une base composée de deux registres, qui s’apparente à celle des consoles architecturales.

Le corps de Narasimha, à la plastique souple, est agrémenté de parures comme des colliers, et des bracelets, renvoyant ainsi à son statut de dieu suprême. Ce statut est également symbolisé par la taille du dieu, qui est largement disproportionné, afin de souligner la hiérarchie entre les personnages, selon la tradition iconographique de rigueur.

 

Une scène savamment composée

Cette scène présente un mouvement très dynamique, et devait provoquer admiration et terreur pour les fidèles. La composition s’appuie sur les lignes directrices du corps de l’avatar de Visnu.  C’est notamment la diagonale partant du bras droit et allant jusqu’à la jambe gauche qui apporte toute sa puissance à cette sculpture. Cette ligne est accentuée par celle de la jambe droite, qui lui fait pendant. Les artistes ont visiblement porté une grande attention à la géométrie, puisque le bras tenant la massue ferme la composition, et la ligne du corps du démon qui lui est parallèle, renforce ce dynamisme.

La grande vivacité de la scène, et l’équilibre de la composition font de cette stèle un très bel exemple du talent des artistes indiens dans l’illustration de scènes mythologiques.

Provenance : Collection privée américaine.