Tête de divinité

30 000,00

Grès rose moucheté
Inde du nord, Uttar Pradesh, Mathurā
V-VIème siècle
H: 22 cm
 

Vue à 360°

Loading...

Catégorie : Étiquette :

Description

La période Gupta (IVe – VIe siècle) est souvent considérée comme la période classique de l’art indien. Cette tête de divinité de grande qualité est un témoin de cet art gupta, le grès rouge très légèrement moucheté et le style la rattachent plus précisément à l’école de Mathurā.

La brillante école de Mathurā
D’abord lieu de pèlerinage au nord de l’Inde, la région de Mathurā voit se développer dès le IIIe siècle une école artistique qui connait une production florissante. L’école de Mathurā a en effet livré de nombreuses sculptures religieuses, dont l’intégralité est réalisée dans du grès rouge, parfois moucheté. Le savoir-faire des sculpteurs assure une grande pérennité à cette école, dont la production perdure encore à la période médiévale. Cette sculpture est donc un exceptionnel témoin de l’incroyable production artistique de l’école de Mathurā des premiers siècles de notre ère. Elle s’épanouit d’abord sous l’impulsion des souverains Kuṣāṇa, puis sous la dynastie Gupta.

L’esthétique Gupta, période classique de l’art indien
L’époque Gupta se voit souvent qualifiée « d’âge d’or » de l’art indien, où l’humanisme triomphe dans l’art religieux. Ici, le visage aux traits stylisés, au modelé sobre et doux, rejoint cette esthétique si appréciée. De même pour ses très grands yeux, légèrement protubérants aux contours ourlés et incisés, qui sont placés sous des sourcils incurvés. Néanmoins, si la datation correspond à l’époque Gupta, on note quelques résurgences de l’esthétique Kusana. En effet, étant donné l’effervescence artistique qui règne sur cette région pendant des siècles, la production témoigne de certaines réminiscences, comme la forme pleine du visage ou encore le sourire fortement marqué.

Il faut surtout remarquer le traitement très élaboré de la coiffure. Deux mèches de part et d’autre du front, séparées par ce qui semblerait être un médaillon. Le reste de la chevelure est retenue par un bandeau perlé et agrémenté de motifs floraux stylisés. L’arrière du crâne étant malheureusement lacunaire, le reste de la coiffure n’a, de fait, pas été conservé.

La popularité des images humaines
Si l’identification nous échappe – s’agit-il de l’image d’une divinité ? Ce visage énigmatique revêt néanmoins l’aspect d’un masque, dont le sens nous semble difficile à déceler. Probablement partie intégrante d’un décor de temple, le caractère fragmentaire semble confirmer cette hypothèse.
Toutefois, cette tête est le parfait exemple d’une image combinant efficacement une figure humaine accessible avec le sublime. La douce humanité, si appréciée dans la sculpture gupta, est évidente dans ce visage finement sculpté aux lèvres légèrement pétulantes et aux joues pleines. On doit aussi admirer les sourcils sensiblement arqués et le modelé d’une extrême douceur.

Provenance : Collection privée française, 1980-1990.