Tête de Sūrya

19 000,00

Terre-cuite
Bangladesh
VIe-VIIe siècle, période Gupta
H. 24 cm

Catégorie : Étiquette :

Description

Cette majestueuse tête de Sūrya, caractéristique des sculptures du Bangladesh réalisées à l’époque Gupta aux VIe-VIIe siècle et témoignant du savoir-faire artistique exceptionnel des artisans qui travaillaient la terre cuite dans cette région.

Le superbe visage, le cou aux plis de beauté, une grande partie de la coiffe élaborée et du nimbe ont par bonheur été préservés. Il faut particulièrement souligner le travail du diadème richement élaboré. La coiffure se compose en effet de deux éléments latéraux en forme d’éventail et d’un élément d’orfèvrerie central qui devait être autrefois de forme pyramidale et dont deux motifs en forme de volutes se détachent en relief. Des boucles de cheveux tressées apparaissent au sommet de cette coiffe, et quelques mèches retombent en ondulations souples sur ses épaules. Des guirlandes rehaussent encore la couronne. Deux précieux bijoux à mi-hauteur des oreilles présentent des ornements perlés, tandis qu’un collier parait autrefois la divinité.

Le nimbe, ici de forme allongée, confirme le caractère divin. Par ailleurs, la coiffure avec les petites bouffettes sur le côté au motif de stries est un signe distinctif du dieu du Soleil, Sūrya. Cela correspond à un textile brodé avec des orfèvreries, qui était attaché à l’arrière. L’expression du dieu est sereine et concentrée. Les contours de ses yeux allongés sont délicatement incisés et les paupières retombent légèrement, rehaussées par de longs sourcils graphiques. Les joues sont pleines, le nez droit est bien dessiné et les lèvres charnues au modelé sensible esquissent un léger sourire. Les traits de ce Sūrya montrent tout le raffinement atteint durant l’époque gupta, l’âge d’or de l’art indien.

La surface brune suggère la présence d’une couche d’engobe sous-jacente à la polychromie qui recouvrait autrefois la sculpture. Des exemples de comparaison existent, notamment une tête de Sūrya au Mahāsthān Archaeological Museum (MAH 1553) ou un buste du Metropolitan Museum (2000.82).

 

Provenance : Collection privée, Royaume-Uni, acquise chez Marcel Nies.