Naissance du Buddha

12 000,00

Schiste
Ancienne province du Gandhāra (Nord du Pakistan)
III-IVe siècle
H. 19,5 cm

Catégorie : Étiquette :

Description

Ravissante frise en schiste du Gandhāra, datée des IIIe-IVe siècles environ et mesurant 19,5 cm de hauteur, la scène représente la reine Māyā donnant naissance au Buddha Śākyamuni, le Buddha historique.

Comme le veut l’iconographie classique, la scène prend place à Lumbinī où Māyā – la mère de Buddha – est figurée attrapant une branche de l’arbre śāl avec sa main droite, laquelle est ici conservée. De son flanc naît le futur Buddha : ce relief devait autrefois représenter Indra venant le recueillir dans une étoffe. À droite, Mahāprajāpatī soutient sa sœur, et lui touche doucement le ventre, comme pour la soulager.

Les deux personnages sont rendus avec beaucoup de naturel et on ne peut qu’admirer la fluidité des lignes et des mouvements. La pose de Māyā, légèrement déhanchée, est d’une grande élégance et son visage, bien préservé, étonne par la grande humanité qui s’en dégage.

Les deux femmes sont vêtues d’un pantalon ample (chalana) et de tuniques courtes à manches longues serrées, s’arrêtant aux genoux. Les drapés, dont le rendu est notamment hérité de l’art hellénistique, sont d’une vigueur remarquable. Toutes deux portent de superbes coiffures élaborées typiquement indiennes et rehaussées d’une couronne. A cette parure viennent s’ajouter de nombreux bijoux sculptés avec précision et naturalisme : des ceintures perlées, de lourds bracelets et colliers ainsi que des boucles d’oreilles sophistiquées.

Caractéristique heureuse de l’art du Gandhāra, la double influence de la sculpture classique méditerranéenne et indienne donne tout son charme à cette œuvre en la dotant d’une esthétique forte et d’une grande historicité.

De nombreux exemples de comparaison existent : une frise se trouve notamment dans les collections du Musée Guimet et montre Māyā dans cette même pose avec les jambes non croisées (AO 2917), une autre appartient au Victoria & Albert Museum de Londres et rend compte du même type de vêtements et de bijoux (IM.109-1927).

 

Provenance : collection européenne.