Buddha debout couronné

22 000,00

Bronze
Thaïlande
XVIe-XVIIe siècle, royaume d’Ayutthayā (1350-1767)
H. 67 cm

Dossier détaillé

Présentation vidéo

Catégorie : Étiquette :

Description

Le puissant royaume d’Ayutthayā

A cette époque la capitale du royaume d’Ayutthayā est l’une des plus prospères du monde, et plusieurs puissances étrangères convoitaient avec ardeur le « royaume de Siam ». La situation politique avait en effet changé au cours des guerres birmano-siamoises, lorsqu’en 1594 Ayutthayā lança sa première invasion offensive de la Birmanie. Le début et le milieu du XVIIème siècle ont également connu l’une des plus longues périodes de paix après les grandes campagnes militaires des trois siècles précédents. En 1700, on estime que la capitale abritait la population la plus importante du monde en termes de nombre d’habitants, s’élevant à environ un million d’individus. Pendant cette période de quiétude, Ayutthayā développa ainsi son programme culturel foisonnant, lequel culmine dans la plus haute concentration d’art bouddhique, plus peut-être que n’importe où ailleurs dans le monde.

 

Le bouddhisme, vecteur d’un renouvellement esthétique

La prospérité et la puissance du royaume d’Ayutthayā se reflètent dans ce Buddha debout couronné, qui transmet majesté et force intérieure simplement par ses parures délicates et la sérénité de sa pose. Ainsi représenté, il est également le « souverain universel » (cakravartin). Bien que le courant du bouddhisme dominant au royaume d’Ayutthayā soit celui du Theravada, doctrine plus stricte et le plus sobre, signifiant « la Tradition des Anciens », cette riche représentation s’impose néanmoins comme dans les autres courants du bouddhisme. Elle devient même emblématique de l’époque d’Ayutthayā, au cours de laquelle elle connaît un grand développement, tant pour des raisons conceptuelles et pieuses que pour son caractère extrêmement décoratif.

 

Un jeu subtil entre sobriété et déploiement ornemental

Le visage perpétue des poncifs du style de Sukhothaï tout en y apportant une douceur nouvelle. Le nez est moins accusé, la bouche plus souriante et les lèvres plus charnues. Les cheveux tressés accentuent la protubérance crânienne, qui apparait à l’arrière d’une couronne au riche décor floral et géométrique, qui se déploie de chaque côté d’un faux cabochon.

 

Une certaine tendance au style décoratif imprègne l’art d’Ayutthayā dès ses débuts, et s’accentue au fil des siècles. Cet aspect décoratif connait son apogée à l’époque de Bangkok, après 1782. Il faut noter la grande finesse du visage et le relief marqué du diadème. La silhouette, élancée et harmonieuse, ainsi que la physionomie abstraite soulignent par ailleurs la connaissance et conscience suprêmes que le Buddha couronné incarne sous cette forme, et empêche ainsi le spectateur de se concentrer sur la mortalité du Buddha historique.