Tool

Anonyme

Céramique

Japon

XIXe siècle

H : 41 cm W : 32 cm D : 12 cm

Catégorie : Étiquette :

Description

Les qualités rustiques incarnées par les objets en pierre pré-modernes étaient parfaitement adaptées au chanoyū (la cérémonie du thé), – qui date de la fin du XVe siècle -, et étaient de plus en plus imprégnées de la nouvelle sensibilité wabi-sabi, qui mettait l’accent sur l’admiration de l’imparfait, des défauts.
L’attention portée à la céramique pour le thé a permis de définir les préférences esthétiques du Japon en matière de céramique. Parmi celles-ci, on trouve des pièces qui sont essentiellement des « objets trouvés », ou des objets fabriqués à des fins utilitaires qui présentent des qualités particulièrement attrayantes. Plus tard, alors que le Japon s’intégrait davantage dans la communauté mondiale dans la seconde moitié du XIXe siècle, les céramiques fines – mais plus sophistiquées – ont joué un rôle dans la projection de l’image et du « savoir faire » du Japon à l’étranger.
Une réaction contre la céramique décorative est apparue dans les années 1920 et 1930 sous la forme du mouvement Mingei (artisanat populaire). Au lieu de se concentrer sur des formes soigneusement contrôlées et une décoration finement exécutée, le mouvement Mingei célèbre l’approche d’artisans non sophistiqués et la beauté discrète de leurs produits.

Voici un objet et c’est un outil de la période Meiji, au 19e siècle. Rien de plus qu’un outil en céramique !
Cette céramique a été trouvée dans un four et était là comme une paroi pour faire une séparation pendant le processus de cuisson d’objets utilitaires. L’outil est abstrait avec des effets incontrôlés. L’impact visuel tel que la couleur, la texture, la taille, est attrayant. Il donne un sentiment d’énergie, comme le cosmos doit venir dans la vie, et une sorte d’équilibre dû à la forme géométrique. Il semble s’agir d’une forme abstraite simplement naturaliste, altérée par le temps, avec du clair et de l’obscur, du lisse et de l’escarpé. Il est paradoxal que tous ces éléments contemporains proviennent d’un four traditionnel ancien mais dynamique.
Dans cet objet, nous voyons et apprécions une beauté qui est imparfaite, impermanente et incomplète par nature. Quelqu’un l’a récupéré dans une ville artisanale et le présente maintenant comme un objet de contemplation ou « objet de rêverie » dans le Tokonoma (l’alcôve dans la maison japonaise).
C’est le monde du wabi sabi sur l’acceptation du caractère éphémère et de l’imperfection.
La fin de la Seconde Guerre mondiale marque véritablement le début de la céramique contemporaine au Japon. Aujourd’hui, tradition et innovation vont de pair. Les pièces actuelles de la céramique japonaise reflètent la longue et vivante tradition artistique qui a débuté il y a mille ans.